Comment gagner en luminosité ?

Il faut dire qu’en littérature, la poésie n’est pas la chose la mieux partagée de tous. Beaucoup disent n’y rien comprendre, car les vers et les proses sont remplis de métaphores et bien d’autres figures de style par toujours faciles à cernées. Le langage est différent et les sens sont bien plus larges qu’on ne pourrait imaginer. Auparavant, l’intérêt pour cette noble discipline était très grand, mais il faut dire qu’elle n’est pas morte pour autant aujourd’hui.

bleu

La lumière naturelle :

Il s’agit là d’un genre littéraire très particulier, car soumis à des règles dites prosodiques. Avec les cultures la poésie s’est élargie, et avec les époques elle continue de progresser dans le temps. Plusieurs nourrissent encore cet amour pour les vers au point de commettre des ouvrages extraordinaires. C’est l’occasion pour eux de faire part de leurs avis et positions face aux différents événements de leur vies, ou des changements de la société. Le poète marocain Abdellatif Laâbi déjà âgé de 78 ans continue de poser des mots sur ses feuilles. Il a récemment commis l’arbre à poème, et reste célèbre pour plusieurs autres œuvres et particulièrement son poème intitulé J’atteste: contre la barbarie écrit après les tueries de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher. Comme lui, on peut citer aussi les poètes tels que Vénus Khoury-Ghata, Philippe Jaccottet, Hélène Dorion, Antoine Emaz et pour ne citer que ceux-ci.